Sélections des projections 2001Home Partenaires Horaires Contacts

          La Sudestada


La Sudestada : les crues des fleuves que nous amènent les vents du sud. Elles sont craintes en Argentine en raison des destructions et de la souffrance qu'elles provoquent. Il s'agit ici d'une métaphore de la force qui vient du sud, qui crée ses propres chemins, donnant ainsi son nom à cette Quinzaine du cinéma Argentin.

PRÉSENTATION DU CYCLE

Cette manifestation articulera sa programmation de la façon suivante :


- 5 Films récents et inédits en France

Ce cycle fait une place particulière au cinéma contemporain avec la présentation de cinq œuvres récentes et inédites en France et dont la thématique témoigne de la diversité de la production argentine actuelle.
Extraño de Santiago Loza, œuvre intimiste, retrace les relations tissées dans un paysage sinistré à travers la vie d'un personnage qui est en passe de tout abandonner. Valentín de Alejandro Agresti , œuvre narrative, raconte le monde à travers les yeux d'un enfant. Los rubios, recherche non conventinelle sur l' identité de la réalisatrice, Albertina Carri, donne un film courageux et libre dans sa construction. Bar el chino de Daniel Burak qui associe fiction et réalité, est un hommage à un bar mythique dédié au tango du quartier populaire de Pompeya. Enfin, El séptimo arcángel de Juan Bautista Stagnaro raconte le chemin initiatique vers la liberté et l'espoir d'un jeune homme sur fond de crise économique et sociale.

- Le Forum du Documentaire

Cette année, La Sudestada offre également une place importante au documentaire en proposant 5 œuvres qui, dans leur diversité de points de vues et de genres témoigne de la formidable activité artistique de ce grand pays confronté aux pires crises économiques et sociales.
Raymundo retrace la vie de Raymundo Gleyzer, cinéaste engagé, avec une conception révolutionnaire du cinéma, son engagement politique sans oublier son aspect humain ; Raúl Barboza, el sentimiento de abrazar suit le parcours de cet musicien de chamamé, autodidacte, proche de la nature et les principes même de la vie ; Cantata de las cosas solas, film qui n'est pas narratif et s'interroge sur le regard ; Cartoneros décrit pendant deux ans, la expérience organisatrice de " cartoneros " de Villa Itatí, dont certaines furent initiés à la utilisation de la caméra video et a faire leur propre enregistrement ; et offgentina.ar montre les évènements survenus en Argentina entre le 19 décembre 2001 et le 20 décembre 2002.

Nous présentons également les œuvres primées lors du 10ème Festival de Vidéo Latino Americano de Rosario (2003).

 

· Rétrospective intégrale de l'œuvre de D. José Kohon
Né en 1929, D.J. Kohon devient après la projection de son court-métrage Buenos Aires (1958) l'une des figures les plus marquantes de la Génération des Années 60. Il réalisa un cinéma intimiste et subjectif où la ville de Buenos Aires fut plus qu'un décor, un personnage impliqué dans ces histoires de jeunes marginaux toujours en quête d'un bonheur impossible et fuyant. La programmation comprend 2 courts-métrages et 7 longs-métrages qui seront tous présentés par Javier Naudeau, jeune cinéaste, enseignant à l'Université de Buenos Aires et spécialiste de l'œuvre de D. J. Kohon, invité par le Département des Langues Etrangères de l'Université Paris VIII.

· Quilino (1966), documentaire de Jorge Prelorán et Raymundo Gleyzer
Œuvre pionnière dans les études antropologiques des populations indigènes argentines.


PARTICIPATION: 1 Euro
___________________________
© 2004, La Sudestada