Un regard sur l'œuvre de Manuel Antín

 

 

 

 

Hommage à Manuel Antin

La Sudestada propose de rendre hommage à Manuel Antin, créateur impliqué depuis plus de 40 ans dans un travail quotidien en faveur de la Culture argentine.

Il a collaboré et soutenu La Sudestada et son Ciné Club depuis sa création en 1999 ; sa connaissance du milieu culturel argentin, sa constante contribution à la diffusion du Cinéma argentin, le fait qu’il soit à Buenos Aires la référence indispensable et unique, sa bonne humeur imprévisible font que ce petit hommage basé sur une profonde affection est l’expression de quelque chose de très cher.

 Nous avons choisi de mettre en relief sa relation très particulière avec l’écrivain Julio Cortázar en proposant deux films :  La cifra impar (1961) et Circe (1963).

Ces deux films sont basés sur des contes de l’écrivain, et leur référence va nous permettre d’aborder les relations entre le Cinéma et la Littérature, en même temps que la dite Génération des années ’60, et sa collaboration au renouvellement du cinéma argentin.

Nora Sack Rofman

 

BIO-FILMOGRAPHIE DE MANUEL ANTÍN

Né à Las Palmas (Chaco, Argentine) en 1926, Manuel Antin a fait des études de Droit. Il a publié par la suite trois livres de poèmes (“La torre de la mañana, 1945; “Sirena y espiral”, 1950 et “Poemas para dos ciudades”, 1954). Il a également écrit deux romans (“Los venerables todos”, 1958 et “Alta la luna”, 1991) et deux œuvres de théâtre (“El ancla de arena”, 1947 et “No demasiado tarde”, 1957). Il a été le directeur de l’Instituto Nacional de Cinematografía entre décembre 1983 et juillet 1989, pendant la présidence de Raúl Alfonsín. Durant cette période, le cinéma de jeunes réalisateurs a été promu, la censure a été abolie et le cinéma argentin a gagné plus de deux cents prix internationaux, dont un Oscar, deux prix au Festival de Cannes, deux au Festival de Berlin et deux à Venise. En 1991, Manuel Antin a fondé l’Universidad del Cine, une institution d’éducation relative à l’humanisme avec une spécialisation technique-cinématographique.

Il a été décoré en France et en Italie. Il a reçu dans son pays le Prix “Leopoldo Torre Nilsson” décerné par la Cinemateca Argentina. Les “Encuentros de Cine de Sorrento” lui ont concédé le Prix “Vittorio de Sica” par l’ensemble de son oeuvre cinématographique. En décembre 1994 le Fondo Nacional de las Artes de la Argentina lui a attribué le “Gran Premio Anual” pour sa carrière cinématographique, éducative et culturelle. En 1995 il a obtenu le Premio Universidad de la Plata.

Oeuvre cinématographique.

Il a écrit les scripts de deux courts métrages « Contracampo » – où d’ailleurs il joue – (1958), et “Lux, cámara, acción” (1959), tous les deux de Rodolfo Khun. Il a réalisé le court métrage « Biografías » (1960) et les long métrages suivants :

La cifra impar (1961)

Los venerables todos (1962)

Circe (1963)

Intimidad de los parques (1964)

Castigo al traidor (1965)

La estrella del destino – episodio de Psique y sexo – (1965)

Don Segundo Sombra (1969)

Juan Manuel de Rosas (1971)

La sartén por el mango (1972)

Allá lejos y hace tiempo (1977)

La invitación (1981)

Il a produit pour la télévision les cycles “Tverdad” (1967) et “Los argentinos” (1968).

www.lasudestadaparis.com/2006

© 2006 La Sudestada - Tous droits réservés