titre

Douzième Edition
Du 11 au 21 mai 2010

Menu

Prix
« Découverte du Jeune Cinéma Argentin »

« Douzième Edition » de La Sudestada 2010

Par un Jury de Jeunes Etudiants du Département d’Espagnol de l'Université Paris XIII, Professeur Joaquín Manzi

 

Corazón de fábrica
/Coeur d’usine

un film de Virna Molina et Ernesto Ardito, 2008, 2h10, couleur, sous-titré en français.

Le film enquête sur la vie d’un groupe d’ouvriers, hommes et femmes habitants de la Patagonie Argentine, qui entreprennent une lutte pour la sécurité des ouvriers et finir avec les morts et les accidents qui se produisent dans l’usine de céramique Zanón, où ils travaillent. Ils vivent des conflits qui deviennent toujours plus complexes et ils n’ont pas pris la mesure de l’engagement entrepris avec cette lutte.

Ces épisodes violents secouent leurs vies et transforment leur vision du monde. Dans un pays appauvri, pillé par ses propres gouvernements et ses entrepreneurs, les ouvriers de la céramique Zanón décident de prendre l’usine lorsque le patron la ferme, et de la faire tourner sans chefs ni patrons. Ils se sentent libres, ils ont trouvé dans leur travail un outil pour grandir humainement, mais en même temps ils ont en charge une série de responsabilités et de défis qui sont la cause de luttes entre eux et avec eux-mêmes.

Ils ont trouvé dans les assemblées démocratiques le meilleur système d’organisation pour que tous puissent prendre des décisions. Ils ont réussi à créer 200 nouveaux postes de travail, ils ont résisté avec une grande partie des habitants à quatre tentatives de la justice de les expulser. Ils ne se considèrent pas comme les nouveaux patrons de l’usine de céramique, au contraire, ils reconnaissent comme seul patron la communauté de la province de Neuquén et ils font donation de l’excédent produit par l’usine aux secteurs qui le nécessitent le plus.

C’est un défi permanent et ils doivent faire face au jour le jour à un système qui s’obstine à les boycotter.
Mais le barrage le plus grand n’est pas ailleurs, mais dans leur propre formation. Quoique beaucoup d’entre eux ne le sachent pas, dans cette bataille interne se trouve la porte vers la construction d’un monde tout à fait différent.
Premier Prix Meilleur Documentaire au Concurso Internacional « Otras miradas », organisé par le Consejo Latinoamericano de Ciencias Sociales (CLACSO), mars 2008.

 


Prix « Découverte du Jeune Cinéma Argentin »
Cuando nuestro profesor nos comunicó su deseo de hacernos participar de este acontecimiento nos quedamos sorprendidas.  Entonces  nos estimamos honradas por que nuestra opinión sería tomada en cuenta. Pero no sabíamos que sería una elección tan difícil. Una vez que uno se pone a mirar estos documentales, no estamos solamente delante de un puñado de imágenes, son trozos de vida, con sus sentimientos de amistad de humanidad de tolerancia, de lucha, de desesperación, con sus ilusiones y  sus desilusiones.
Los
Pernoctantes nos ha sumido en un malestar  ambiguo entre culpabilidad y repugnancia, nos sentíamos demasiado cerca de algo que sólo algunos tienen el valor de mirar de frente.
Imágen Final nos ha llenado de emoción por el testimonio de todas estas personas cercanas  del periodista asesinado Leonard Henrichsen. Es admirable el coraje de seguir adelante  contra viento y marea por sacar a la luz  la verdad.  Este film nos hizo reflexionar sobre la dimensión del papel del periodista en la historia de tantos conflictos camuflados. Pero nuestra elección final fue Corazón de Fábrica, pues esta lucha es un ejemplo para la humanidad, en este momento más que nunca. Esta clase de hombres y mujeres son quienes cambian el destino cierto de los trabajadores oprimidos,  son capaces de tomar las riendas de su destino cueste lo que cueste y a veces lo pagan con su vida. Las imágenes de este documental dan una intimidad tal que nos hacen sentirnos como parte de esta fábrica, un camarada entre los camaradas un trabajador entre los trabajadores.
Gracias
Majda, Hawa, Siwar, Alhem, Aurelie y Sara  

Lorsque notre professeur nous a communiquées son désir de nous faire participer dans cet événement, grande a été notre surprise.
Alors, un sentiment d’honneur en tant que l’on tiendrait compte de notre opinion. Mais ce que nous ne savions pas c’était que notre élection serait tellement difficile.
Dès que l’on se met a regarder ces documentaires, on aperçoit que l’on n’est pas que devant une poignée d’images, ce sont des morceaux de vie, avec ses sentiments d’amitié, d’humanité, de tolérance, de lutte, de désespoir, avec leurs illusions et leurs désillusions.
Los Pernoctantes nous a plongées dans un malaise ambiguë entre la culpabilité et la répugnance, nous sentions de trop près ce quelque chose que très peu de gens ont la valeur de regarder en face.
Imagen Final nous a rempli d’émotion par le témoignage de tous ces gens proches du journaliste assassiné Leonard Henrichsen. Nous éprouvons une grande admiration par le courage de continuer en avant contre vent et marée afin d’éclairer la vérité. Ce film nous a promu une réflexion sur la dimension du rôle du journaliste dans l’histoire de tant de conflits camouflés.
Mais notre élection finale a été Corazón de Fábrica, parce que cette lutte, de nos jours plus que jamais, est un exemple pour l’humanité.
Cette sorte d’hommes et de femmes est ce qui change le destin des travailleurs , coûte que coûte et des fois ils le paient avec leur vie.
Les images de ce documentaire offrent une telle intimité que nous font nous sentir comme faisant part de cette usine, un camarade entre les camarades, un travailleur entre les travailleurs.
Merci
Majda, Hawa, Siwar, Alhem, Aurélie et Sara.

www.lasudestadaparis.com/2010

© 2010 La Sudestada - Tous droits réservés