titre

logo

Douzième Edition
Du 11 au 21 mai 2010

photos

La Sudestada : les crues des fleuves que nous amènent les vents du sud. Elles sont craintes en Argentine en raison des destructions et de la souffrance qu'elles provoquent. Il s'agit ici d'une métaphore de la force qui vient du sud, qui crée ses propres chemins, donnant ainsi son nom à cette Quinzaine du cinéma Argentin.

logo
logo
logo
logo
logo
logo
sudestada
       
Menu


    Une programmation

2 lieux de projection     
    

• Maison de l'Amérique Latine
217 Boulevard Saint Germain
75007 Paris

• Maison d'Argentine
de la Cité Universitaire de Paris
27 A Boulevard Jourdan
75014 Paris

Entrée libre
à toutes les séances

 

La Sudestada

Cette manifestation annuelle, en associant films classiques et œuvres récentes, réaffirme sa vocation à diffuser la culture et le Cinéma Argentins à Paris.
La diversité de genres et de recherches esthétiques nous permettent d’apprécier la richesse de la création cinématographique actuelle, la liberté et la pertinence du regard des cinéastes sur la société argentine.

Avec la collaboration de l’Ambassade d’Argentine en France, l’INCAA (Instituto Nacional de Cine y Artes Audiovisuales), la Maison de l’Argentine de la Cité Universitaire de Paris, et la Maison de l’Amérique Latine, le cycle compte avec le soutien de la Fundación Universidad del Cine, du Collectif Argentin pour la Mémoire, et du Programme du Bicentenaire en France, de l’Ecole Femis( Ecole Nationale Supérieure des Métiers de l’Image et du Son) et de La Federación Argentina de Cine Clubs.

Je veux exprimer ma reconnaissance aux cinéastes et producteurs qui ont permis, grâce à leur générosité et leur enthousiasme, de créer une nouvelle édition de qualité.

La programmation est composée de la manière suivante :
A trente six ans de sa première sortie, sera projeté le film La Patagonia rebelde (1974) d’Héctor Olivera, dont le scenario est basé sur un texte d’Osvaldo Bayer, qui raconte les affrontements sociaux de 1921 en Patagonie. Des sa première, le film a entrainé réalisateurs et interprètes dans un parcours d’injustices et de censure, mais aussi de courage, jusqu'à sa sortie définitive en 1984. Il a reçu l’Ours d’ Argent au Festival de Berlin en 1974.

Le documentaire à vocation de reporter, de procureur, d’avocat, de poète, de chroniqueur, d’observateur…
Un panorama de 7 documentaires dont la diversité des thèmes nous proposent , non seulement de nous rapprocher de sujets tel que l’histoire, la mémoire et l’actualité sociale, mais aussi d’apprécier la manière dont un cinéaste se confronte à la réalité, aussi bien celle du cinéma que de la société.


Sont programmés:
Nadie inquietó más de Gustavo Leonel Mendoza, un hommage à Narciso Ibáñez Menta,
Regreso a Fortín Olmos de Patricio Coll et Jorge Goldenberg,
Corazón de fábrica de Virna Molina et Ernesto Ardito,
Imagen final
de Andrés Habegger,
Criada de Matías Herrera Córdoba
Los Pernoctantes de Hernán Khourian, Sebastián Martínez, Diego Carabelli et Ángeles Casares,
El Almafuerte de Roberto Persano, Santiago Nacif, et Juan Andrés Martínez Canto.

Un regard sur l’œuvre de Gustavo Fontán
C’est le travail d’un cinéaste qui construit une œuvre cohérente, hors du genre, et d’une grande richesse visuelle. Nous pourrons apprécier trois films inspirés par l’œuvre des écrivains :
La orilla que se abisma, sur la poésie de Juan L.Ortiz ;
Marechal o la batalla
de los ángeles, un approche a l’œuvre de l’écrivain Leopoldo Marechal
El paisaje invisible, sur le poète Jorge Calvetti.

Une sélection de fictions récentes
Ce sont des films de cinéastes qui, passionnés par leur propre expression cinématographique, ont une véritable vision d’auteur, particularité qui transcende la forte divergence des sujets et des propositions esthétiques.

Les titres sont:
Ilusión de movimiento de Héctor Molina;
La Tigra, Chaco de Federico Godfrid et Juan Sasaín
Nunca estuviste tan adorable de Mausi Martínez.

A découvrir, une sélection de trois courts-métrages:
Un arma poderosa de Mariana Wenger et Paola Murias, 2010, avec la voix et le texte de l’écrivain Osvaldo Galeano, et
Paseo,2009
Buenos Aires Montevideo Buenos Aires, 2006 de Emiliano Penelas.

Prix :Regard sur le jeune Cinéma Argentin
Décerné par des étudiants avancés du Département d’Espagnol de la Université Paris XIII et de la FEMIS (Ecole Nationale Supérieure des Métiers de l’Image et du Son)

Nora Sack Rofman
Directrice de La Sudestada

   
www.lasudestadaparis.com/2010

© 2010 La Sudestada - Tous droits réservés